Philosophie

Sens de la vie selon la philosophie orientale

La qualité et l’art de vie est favorisé ainsi que l’échange et le développement spirituel.

Le corps est un tout, tout est énergie. L’énergie permet le mouvement et tout dépend de sa qualité et de sa libre circulation. Le corps et l’esprit sont indissociables et sont soumis à une interaction avec notre environnement. Ils sont régis par des mouvements qui sont présents dans tous êtres vivants et qui sont fondamentaux pour la vie.

Tous les processus physiologiques sont le résultat de l’opposition et l’interdépendance du Yin et du Yang qui se rééquilibre continuellement.

Tous nos organes sont solidaires dans leur fonctionnement, la déficience des uns engendre la déficience des autres, par réactions en chaîne comme des vases communicants. Chacun d’eux, associés à leurs viscères, ont une expression mentale ou émotionnelles spécifique qui sont impliquées dans la gestion de notre équilibre.

L’ensemble de la personne est pris en considération et non pas un problème spécifique comme en occident.

« Goûtons la vie »
Dans le sens large, par tous nos sens car tout ce que nous percevons sollicite notre être, dans sa globalité et se transforme en émotions.
Notre Vue, avec toutes les couleurs, les formes et les volumes que l’on perçoit, pour nourrir chaque organe mais aussi notre créativité.
L’ouïe, avec tous les sons, pour nourrir notre volonté et notre concentration.
Notre odorat, avec toutes les odeurs pour nourrir le corps et l’âme.
Le toucher, car tout ce que l’on touche, nous touche, pour nourrir tout notre être.
Notre Goût, avec toutes les saveurs et les consistances, associé au toucher et à l’odorat, par le biais des papilles gustatives et du nerf olfactif, pour nourrir notre goût de vivre.
Tous ces stimulus peuvent être qualifiés de nourriture. Ils participent à l’entretien des fonctions vitales ainsi qu’à nos facultés psychiques et émotionnelles, en les stimulant ou les apaisant. Mais ils peuvent aussi les agresser, par conséquent ils jouent un rôle sur notre équilibre et sur notre bien-être, tout comme les émotions, qui n’affectent notre équilibre que si elles sont trop intenses ou perdurent ou si on leurs accordent trop d’importance (ennemies).